VEDRIN, notre jumelle...

C'est vers 1958 - 1959 que les premiers contacts avaient été établis avec Vedrin et c'est en 1960 qu'une délégation Longuenessoise emmenée par Paul Lemaire se rendit pour la première fois à Vedrin. Mais les rencontres s'espacèrent et le projet de jumelage s'éteignit. En Juillet 1972, à l'occasion d'une de ses fréquentes visites dans la région, monsieur Pierre Spelkens, Bourgmestre de Vedrin, rencontra monsieur François Wulles, alors adjoint au maire et monsieur Jean-Pierre Coeuret secrétaire général de la mairie de Longuenesse afin de relancer le projet de Jumelage entre nos deux Villes. Le 30 Juin 1975, une première délégation française officielle se rend à Vedrin. Puis le 24 Août de cette même année, en réponse à une invitation du Comité des Fêtes des Comognes, une importante délégation participe aux grandes manifestations folkloriques de Vedrin. Début septembre, une délégation belge se rend à Longuenesse pour peaufiner l'organisation des futures manifestations de chaque côté de la frontière. Le Jumelage vient donc de naitre et sera officialisé à Vedrin en 1975 et à Longuenesse en 1976.

Les ambitions à la création du Comité de Jumelage étaient de promouvoir et favoriser les liens culturels, sociaux et sportifs entre les deux communautés, de créer au niveau des individus, des attaches profondément humaines et indissolubles, d’établir et de maintenir un climat d’amitié engendrant entre les familles ou personnes des relations fraternelles continues et durables de génération en génération, d’apprendre à estimer les autres même et surtout s’ils sont différents et d’apprécier le sens de la fête, la joie collective dans une amitié véritable. Au cours de toutes ces années les échanges ont été ininterrompus une année en Belgique, la suivante en France et des rencontres ont été organisées entre les clubs sportifs et les établissements scolaires.

En 2016, le Jumelage a fêté ses 40 ans ! Une occasion de se remémorer les prémisses de cette alliance et la fragilité de celle-ci qui nous rappel qu’il faut travailler dure afin de pérenniser ces relations d’amitié et de les transmettre aux générations futures.